Le yin yoga

Les origines du yin yoga

Paul Grilley est la personnalité qui a développé et diffusé le yin yoga tel que nous le connaissons aujourd’hui.
Revenons tout d’abord sur le parcours étonnant de Paul Grilley. Il était dans les années 80 un ashtangi yoga qui pratiquait intensément. Sa pratique l’a conduit à plusieurs reprises à la blessure. Il a alors remis en cause sa pratique et sa façon de voir le corps. Il a étudié un an avec Paulie Zink à la fin des années 80. Ce dernier était un maître en art martial et en Qi Quong et enseignait le yoga taoïste.

Yin Yoga et ses origines
Symbole yin yang illustrant l’origine taoïste du yin yoga

De l’enseignement de Paulie Zink, Paul Grilley retiendra les postures douces et allongées, et développera sa propre pratique en y intégrant sa connaissance de l’anatomie, des méridiens et des chakras.

La confusion sur le yin yoga

Pour éviter certaines confusions, Paulie Zink est reconnu comme le fondateur du yin yoga. Mais ce n’est pas le même yoga que celui développé par Paul Grilley. En effet, le yoga de Paulie Zink est un yoga où sont à la fois présent des postures immobiles (yin) et des mouvements dynamiques (yang) provenant du hatha yoga. Le yin yoga de Paulie Zink est pour cette raison également appelé Yin Yang Yoga.

Yin yoga et paradoxe

Bien qu’il ait été inventé ces dernières années, la pratique du yin yoga se rapproche probablement de la façon dont les premiers yogis pratiquaient. En effet, l’étude des vieux textes ne décrivent pas beaucoup de postures de yoga, elles sont souvent assises, dans l’immobilité et préparaient à la méditation.

Les postures de yin yoga

Elles sont bien moins nombreuses qu’en hatha yoga car elles sont au nombre de vingt. Elles ressemblent parfois aux postures de hatha yoga mais leurs noms diffèrent et c’est très bien car les objectifs en hatha et en yin ne sont pas les mêmes.

Quelques postures emblématiques du yin yoga

La posture du lacet, la posture du dragon et celle du pigeon sont trois postures phare du yin yoga.

Exemple de similitude entre posture de hatha yoga et yin yoga

La posture de la chenille en yin yoga correspond à la posture de la pince en hatha yoga.
La posture du papillon en yin yoga est similaire à la posture du cordonnier en hatha yoga.

Les spécificités du yin yoga

Comme son nom l’indique le yin yoga est un yoga doux. Mais il a la particularité d’agir en profondeur. Doux ne veut pas dire facile. Il est basé sur des postures statiques tenues plusieurs minutes. Nous visons l’étirement non pas des muscles comme c’est le cas dans les autres yoga mais des tissus conjonctifs comme les fascias et les ligaments, et les os. Pendant ces postures il est essentiel de respirer lentement et profondément. L’étirement associé à la respiration revitalise les tissus.

Cette attitude passive qu’en apparence nous amène à accueillir des sensations corporelles et à développer l’intimité avec nous-même, ce qui n’est pas toujours facile à accepter au début. La pratique du yin yoga nous amène à vivre une expérience de pleine conscience physique, mentale et émotionnelle : un véritable chemin intérieur préparant à la méditation.

Il n’y a pas de renforcement musculaire et nous ne cherchons pas à développer l’endurance.
Dans un cours type de yin yoga, les salutations au soleil ne sont pas présentes.

Le yin yoga et ses bénéfices

En revitalisant et en renforçant les tissus conjonctifs, nous améliorons la santé de tout notre corps et en particulier de notre dos et des hanches.
Le yin yoga nous apprend à mieux écouter notre corps (impossible de fuir dans le mouvement) et développe une meilleure conscience corporelle, nous gagnons en précision car chaque millimètre compte dans l’ajustement de la posture. La pratique développe l’autonomie et une meilleure connaissance de soi et par ricochet d’une meilleure confiance en soi.
Nous acceptons nos limites et nous lâchons prise sur le mouvement. La méditation n’est pas loin.

 

Yoga thérapie, ostéothérapie, reiki, massages bien-être et cours de yoga à Strasbourg.